Marc le Fur1

Marc le Fur2

Suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris, la Gorsedd de Bretagne condamne la barbarie meurtrière des individus qui ont perpétré ces crimes abominables contre des innocents. Elle exprime toute sa solidarité envers les victimes et de leur famille.

Elle dénonce une offensive de déstabilisation de la vie démocratique par des fanatiques religieux qui usurpent le droit de s’exprimer ou d’agir au nom de tous les Musulmans avec la volonté évidente d’attiser la haine et d’allumer la guerre civile en France.

Pour autant, la Gorsedd ne saurait admettre que la mise en place de l’état d’urgence et sa prolongation décidées par le gouvernement, se traduisent par des restrictions à l’expression démocratique et par un contrôle militaire permanent de la vie publique qui reviendraient, finalement, à promulguer la charia pour le compte des terroristes.

La Gorsedd invite, au passage, les sociétés humanistes, les partis démocratiques à s’interroger sur la réelle portée des incantations franco-françaises à base de dogme républicain jacobin présentées comme remède miracle à la profonde blessure subie aujourd’hui par la France pour la deuxième fois depuis le début de l’année.

Peut on, par exemple, se gargariser de l’ « universalité » des valeurs républicaines parce que les trois mots qui les résument en formule ont été prononcés en français par le Président Barack Obama ? C’est dans cette langue aussi que s’exprimaient ceux qui ont tiré sur les victimes, révélant la faillite dramatique de la République française face à l’intégration et à l’adhésion des Français deuxième ou troisième génération à ces mêmes valeurs ?

L’ostracisme affiché par la classe politique envers la diversité française, sous toutes ses formes, notamment en manœuvrant récemment de manière sournoise pour enterrer la ratification de la Charte Européenne des Langues Régionales, ne doit-il pas être aujourd’hui appelé à la cause pour expliquer le rejet de la pratique démocratique et la fuite en avant dans la radicalité manifestés par certains enfants perdus de la société française ?

                                                                               A Quimper le 16 novembre 2015

                                                                               Per Vari Kerloc’h

                                                                               Grand Druide de Bretagne

Demat deoc’h,

Ho trugarekaat a ran evit ho koulennoù ouzh hol listennad Trawalc’h, Breizh Dizalc’h (Notre Chance, l’Indépendance).
Kerkent ha degemeret ganin fenoz, emaon o vont da respont deoc’h, pa ouzer ez eo anezho ar savboentoù unvan embannet gant tud hol listennad ha n’eo ket kement-mañ ma soñj din-me hepken.

Goulenn kentaň

Petra eo ho sonj da gas adunvanidigezh Breizh da benn ?

Harpañ kement intrudu a vez evit adunaniezh Breizh diouzh un tu met skoulmañ liammoù strishoc’h gant bed an armerzh, ar sevenadur ha kement tachenn zo e Breizh a-bezh, hep gortoz an disterañ tra digant Stad-C’hall.
Ne c’houlennimp tra digant Frañs, ne c’hortozimp ket disoc’hoù ur vouezhiadeg bennak pa ouzer e vez touellet an dud abaoe bloavezhioù dre ur propaganda diwar arc’hant o zailhoù, hogen sevel evit gwir war an dachenn gant ar strollegezhioù foran ne lavaromp ket. Skoulmañ darempredoù, lakaat 5 departamant Breizh en hor c’hehentiñ, gounid gallout e Liger-Atlantel, skoazellañ an embregerezhioù a embann bezañ e Breizh e Liger-Atlantel, kas war-raok sevenadur Breizh eno… pep tra gwirion zo mat d’ober.
Mont a ra adunvaniezh hor bro a-gevret gant he dieubidigezh en diwezh.

Eil goulenn

Petra vo ho politikerezh e keñver ar brezhoneg hag ar gallaoueg ?
Daoust ha miret e vo ganeoc’h Ofis ar Brezhoneg ?

Ezhomm zo eus Ofis ar Brezhoneg evit studiañ hol lec’hanvadurezh, kelaouiñ hag ambrougañ an dilennidi a zo vont pazenn ha pazenn war vrezhonekaat ho kumun, lakaat hor yezh war ar panelloù hag er vuhez foran dre vras.
Hogen, ouzhpenn da se ez eo ret goprañ tud, brezhonegerien pe gallaouegerien anezho, er melestradur. Ne goustfe ket keroc’h. Bevañ a ra ur yezh pa vez arvaret er vuhez pemdez. Kement-se zo bet kollet e Breizh, ar yezhoù a rank dont da vezañ re ar gevredigezh en-dro.
E kement skol zo e tleomp reiñ an tu d’an holl skolidi, skolajidi, liseidi ha studierien da zeskiñ hor yezh ha studial anezhi a-dost. Ur yalc’had arc’hant a harpo an embregerezhioù a fell dezho stummañ o implijidi. An ensavadurioù stummañ an oadourien a vefe skoazellet war un dro.

Trede goulenn

Daoust hag en ne zlefe ket ar Rannvro kaout ar gwir o pellaat ur gwir-all a benn ofisielaat yezhoù Breizh ?

Evit-se e rankfe ar Rannvro kaout ur budjed brasoc’h (hini kêr Roazhon an hini eo d’an ampoent) da vezañ efedus. Dre vont war-zu Breizh dizalc’h e krogo ar Stad da souzañ ha da leuskel un nebeud gwenneien eus hon tailhoù ha gounidoù dimp moarvat. Trawalc’h eo kaout ul listennad dizalc’hourien evit treiñ an holl strolladoù politikel gall e kostezennoù emrenerien endev ! Anat deoc’h koulskoude, n’hallimp lakaat ur gwir bolitikerezh yezh e pleustr nemet pa vo ur gwir vodad Breizh e penn hor bro dinask.

A galon ganeoc’h evit Breizh ha gourc’hemennoù evit spered hor bro a hadit abaoe degadoù a vloavezhioù.

Bertrand Deléon, Trawalc’h Breizh Dizalc’h.

La Gorsedd a envoyé le questionnaire bilingue suivant aux différents candidats aux élections régionales de décembre 2015:

Ière question

Que pensez-vous faire pour poursuivre le processus de réunification de la Bretagne ?

2ième question

Quelle sera votre politique envers les langues bretonne et gallèse ?

Maintiendrez-vous l’Office Public de la langue bretonne ?

3ième question

La région ne devrait-elle pas avoir la compétence exclusive en matière d’officialisation des langues de Bretagne ?

Nous publierons les réponses au fur et à mesure de leur arrivée.

Heven 2015

 

C’est sur le bord du lac de Brennilis à Toull ar Broc’hed en Botmeur que la Gorsedd a célébré Heven, cet espace temps qui s’ouvre entre le monde des vivants et des Anaon. C’était l’occasion d’évoquer ceux qui ont quitté cette rive de l’Océan pour ramer vers la Terre de l’Eternelle Jeunesse. Le temps était également de la partie et nous en avons profité pour nous souhaiter « Bloavezh Mat/Bonne Année » puisque c’est aussi à Heven que commence l’année celtique.

Heven 2015 2

C’est par un repas fraternel partagé en commun que les participants à la cérémonie d’Heven ont conclu la journée. Nous avons porté un toast à l’amitié entre les Bretons et les Gallois d’ Y Wladfa autrement dit la Patagonie, région d’Argentine où pour la première fois un délégué de la Gorsedd assiste à une Eisteddfod. Nous avons donc célébré Heven sur les deux hémisphères.