La Gorsedd

Fraternité des Druides Bardes et Ovates de Bretagne 

D’où vient-elle?

 

Gorsedd est un mot gallois qui signifie assemblée ou assise. C’est dire que formellement la tradition à laquelle se rattache la Gorsedd de Bretagne, trouve son origine formelle au Pays de Galles. C’est en effet en 1792 que l’ouvrier maçon Edwards Williams, de son nom bardique Iolo Morgannwg, fonde la Gorsedd de Galles à Primrose Hill à Londres parmi des Gallois émigrés. En 1838 les premiers bardes bretons sont reçus par les Gallois à Abergavenny. Parmi eux Hersart de la Villemarqué, auteur du Barzhaz Breizh, recueil de chants populaires arrangés par le collecteur et louangé avec enthousiasme par Georges Sand. Le poète Lamartine écrit un poème qui sera lu lors de cette Assemblée de Frères Gallois et Bretons. A son retour en Bretagne La Villemarqué crée la Breuriezh Barzhed Breizh (Fraternité des Bardes de Bretagne) mais elle n’aura pas de suite. En juillet 1899 à Cardiff, une délégation de Bretons dont Jean Le Fustec, Yves Berthou, Charles Le Goffic, François Vallée, Taldir Jaffrennou est reçue dans le cercle de la Gorsedd galloise. Jean Le Fustec a précédé la délégation de quelques semaines. Inspiré par le poème de Lamartine, il fait fabriquer un glaive scindé en deux parties qui va donner naissance à la cérémonie dite du « glaive brisé » qui est répétée depuis tous les ans avec les Gallois et les Corniques.

De retour en Bretagne, les bardes bretons décident de fonder une Gorsedd. Elle naît en 1900 à Guingamp. La Gorsedd de Bretagne a d’ailleurs commémoré à Hanvec les 17 et 18 juillet 1999 le centenaire jour pour jour de sa fondation. Depuis plus d’un siècle maintenant, la Gorsedd a organisé une assemblée annuelle sauf pendant les années de guerre lors des deux conflits mondiaux, en effet il ne peut y avoir de cérémonie de la Gorsedd en tant de guerre. En 1928 naît la Gorseth Kernow en Cornouailles insulaire. La Gorsedd de Bretagne n’entretient de relations fraternelles qu’avec la Gorsedd mère de galles et la Gorsedd sœur de Cornouailles.

Cependant à côté de cette tradition galloise, la Gorsedd se réclame également de la tradition populaire bretonne quelle soit poétique, musicale ou littéraire. La Gorsedd comprenait d’ailleurs à ses débuts une section de chants populaires et de compositions qu’on appelait Ti Kaniri Breizh ou la maison du Chant de Bretagne. Cette section organisait des concours de chants. La Gorsedd considère ainsi comme membre de sa tradition Marc’harid Fulup par exemple qui fut l’informatrice d’Anatole Le Bras qui a recueilli de nombreux chants ou des formulettes de sa bouche.

L’Hymne Breton « Bro Gozh Ma zadoù » a été adapté du gallois en breton par le Grand Druide Taldir Jaffrennou et adopté comme chant national à la suite d’une délibération du Conseil municipal de Lesneven en 1904. Il a été chanté lors de la finale de la coupe de France de Football

Le Drapeau breton dit Gwenn ha Du a été créé par Morvan Marchal autre membre de la Gorsedd en 1923. Considéré comme séditieux au départ ; il flotte maintenant sur les mairies et le Conseil régional.

Le druidisme est-il une religion ?

Pas pour la Gorsedd de Bretagne qui se définit comme une société de pensée. Elle laisse à chacun la liberté de croire ou de ne pas croire en ce que certains appellent Dieu. Ainsi ne prononce-t elle pas le nom de Dieu dans la prière du Gorsedd, mais observe un temps de silence pendant lequel il est loisible à chacun de s’adresser à qui il veut : un principe, un Dieu au dessus de lui, en lui, en toutes choses, il peut même considérer qu’il est lui-même son propre Dieu ou son propre principe. Chacun est ainsi libre de sa conception philosophique ou religieuse.

La Gorsedd se positionne clairement dans les valeurs de l’humanisme

 

Parmi les valeurs auxquelles se réfère la Gorsedd, il faut mentionner la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948. La Gorsedd a précisé sa position à ce sujet il y a une vingtaine d’années. C’est pourquoi elle condamne toute forme de racisme et de xénophobie. La Gorsedd considère toute personne vivant en Bretagne comme Breton qu’elle le soit d’origine ou de cœur.

La Gorsedd s’inscrit dans un contexte démocratique.

Pour la Gorsedd de Bretagne, le Président du Conseil Régional est le premier des Bretons, la Gorsedd reconnaît ainsi la légitimité du Président du Conseil Régional à représenter les Bretons. Cette fonction lui est en effet conférée par le suffrage universel, il en est à ce titre comptable devant les électeurs bretons. La Gorsedd condamne sans réserve l’exclusion de la Loire Atlantique et réclame son retour au sein de la Région Bretagne. La Gorsedd se prononce absolument pour l’élargissement des pouvoirs de la Région à l’instar de ce qui se pratique chez nos voisins européens comme en Ecosse ou en Catalogne.