Nous avons donc manifesté à Nantes le 28 juin 2014 pour la réunification de la Bretagne en compagnie de 8500 personnes selon la police, 17000 selon les organisateurs. Au delà des polémiques stériles sur le nombre de manifestants, on peut constater une tendance : nous étions plus nombreux que le 19 avril dernier où on parlait alors de 5500 à 10000 personnes. Cela prouve que, loin de se dégonfler, la mobilisation ne fait que s’amplifier. Le pouvoir aurait tort de traiter la question de la réunification à la légère en nous enfermant dans son projet final de fusion/dilution dans une super région Grand Ouest. Le Parti Socialiste qui gère la majorité des régions de France vient d’ouvrir une boîte de Pandore. Il est en passe, s’il s’obstine, de perdre cette majorité. En France, difficile de dire au profit de qui mais nous craignons l’émergence des extrémistes. En Bretagne, Christian Troadec se place en troisième voie. Il a déjà réalisé une belle percée dans l’Ouest de la Bretagne à l’occasion des élections européennes. S’il renouvelait cette performance, voire même s’il l’améliorait, il pourrait finalement apparaître comme un « faiseur de roi » au profit de la gauche ou de la droite. Qui sait ? La Gorsedd ne donne pas de consignes de vote. La question de l’unité administrative de la Bretagne demeure centrale, elle est même fondamentale, substantielle, essentielle. Le pouvoir en place serait bien inspiré de constater que la question est devenue maintenant brûlante, surtout pour lui. Personne d’autre que lui-même ne l’a poussé dans cette situation. C’est donc à lui d’en affronter tous les inconvénients !