Tom Paine’s Bones Lyrics

Graham Moore arrgt by Dick Gaughan

Dick Gaughan – Tom Paine’s Bones sur Youtub

As I dreamed out one evening

By a river of discontent

I bumped straight into old Tom Paine

As running down the road he went

He said, « I can’t stop right now, child,

King George is after me

He’d have a rope around my throat

And hang me on the Liberty Tree »

 

But I will dance to Tom Paine’s bones

Dance to Tom Paine’s bones

Dance in the oldest boots I own

To the rhythm of Tom Paine’s bones

 

I will dance to Tom Paine’s bones

Dance to Tom Paine’s bones

Dance in the oldest boots I own

To the rhythm of Tom Paine’s bones

 

I only talked about freedom

And justice for everyone

But since the very first word I spoke

I’ve been looking down the barrel of a gun

They say I preached revolution

Let me say in my defence

That all I did wherever I went

Was to talk a lot of common sense

 

Old Tom Paine he ran so fast

He left me standing still

And there I was, a piece of paper in my hand

Standing at the top of the hill

It said, « This is the Age Of Reason

These are The Rights Of Man

Kick off religion and monarchy »

It was written there in Tom Paine’s plan

 

Old Tom Paine, there he lies

Nobody laughs and nobody cries

Where he’s gone or how he fares

Nobody knows and nobody cares

 

But I will dance to Tom Paine’s bones

Dance to Tom Paine’s bones

Dance in the oldest boots I own

To the rhythm of Tom Paine’s bones

 

The Curious Case of Tom Paine’s Bones

Thomas Paine died in New York City on 8 June, 1809, essentially penniless and attended by only a few loyal friends. Irascible to the end, he mocked those people that came to shrive him. His funeral was attended by Mme Bonneville, her young son and two freedmen. A decade later, one William Cobbett, a late convert to Paine’s philosophies, exhumed his remains and transported them to England for a more fitting burial, but he never completed the project. Over a period of decades, the bones were scattered. The jawbone and a hand were said to be held somewhere in England and the skull was supposedly in the possession of an Australian collector. The fate of the remainder is unknown; a story is told of buttons being carved from his bones. The Thomas Paine National Historical Association have attempted to recover what they may, but the bones of Thomas Paine will never be together at rest. Perhaps it is fitting that a man who called himself a ‘citizen of a World Republic’ would have his remains scattered about his larger home. Is this curious case of Tom Paine’s bones the inspiration of a famous song by Graham Moore, an Englishsinger, song writer, and writer of social, historical, folk musicals ? 

 

 

Alors que je rêvai tout haut un soir

Au bord d’un torrent de colère

Je butai tout droit dans ce vieux Tom Paine

Qui descendait la route en courant

Il dit : « Je ne peux pas m’arrêter maintenant, petit

Le roi Georges est à mes trousses

Il voudrait me passer la corde autour du cou

Et me pendre à l’Arbre de la Liberté.

 

Mais je vais danser au son des os de Tom Paine

Danser au son des os de Tom Paine

Danser dans ma plus vieille paire de bottes

Au rythme des os de Tom Paine

 

Mais je vais danser au son des os de Tom Paine

Danser au son des os de Tom Paine

Danser dans ma plus vieille paire de bottes

Au rythme des os de Tom Paine

 

Je n’ai fait que parler de liberté

Et de justice pour tous

Mais dès le tout premier mot que j’ai prononcé

Mes yeux ont vu le canon d’un fusil

Ils disent que j’ai prêché la révolution

Permettez moi de dire pour ma défense

Que tout ce j’ai fait où que je sois allé

A été de parler beaucoup de bon sens

 

Ce vieux Tom Paine courait si vite

Qu’il me laissa sur place

Et j’étais là, un papier à la main

Au sommet de la colline

Ça disait : « Ceci est l’Age de la Raison,

Voilà les Droits de l’Homme

Envoyez valser religion et monarchie »

C’était écrit là dans les projets de Tom Paine.

 

Ce vieux Tom Paine il est là

Personne pour rire, personne pour pleurer

Où il est parti et comment il se porte

Personne ne sait et personne ne s’en inquiète.

 

Mais je vais danser au son des os de Tom Paine

Danser au son des os de Tom Paine

Danser dans ma plus vieille paire de bottes

Au rythme des os de Tom Paine

 

La curieuse affaire des os de Tom Paine

Thomas Paine mourut à New York le 8 Juin 1809, totalement sans le sou, visité seulement par une poignée d’amis fidèles. Irascible jusqu’au bout, il se moquait de ces gens qui venaient pour le confesser. A ses funérailles n’assistèrent que Madame Bonneville, sa gouvernante, le plus jeune fils de celle-ci et deux affranchis. Une décennie plus tard, un certain William Cobbett, tardivement converti aux conceptions philosophiques de Paine, exhuma ses restes et les ramena en Angleterre pour leur assurer une plus digne sépulture, mais il n’accomplit jamais son projet. Au bout de plusieurs dizaines d’années, les os furent dispersés. On dit qu’un os de sa mâchoire et une main étaient conservés quelque part en Angleterre et son crâne présumé en possession d’un collectionneur australien. Le sort du reste de la dépouille est inconnu, on a raconté que des boutons auraient été tirés de ses os. L’Association Nationale Historique Thomas Paine a tenté de recouvrer ce qu’elle a pu mais ses os ne reposeront jamais réunis. Mais peut être convient-il à un homme qui se nommait lui-même « Citoyen de la République du Monde » que ses restes soient dispersés dans sa grande demeure. Est-ce cette curieuse affaire des os de Tom Paine qui a inspiré d’une célèbre chanson de Graham Moore, chanteur anglais, compositeur et auteur de pièces musicales, sociales, historiques et populaires ?