Présentant son livre, « La Bretagne préhistorique »paru en 2014 aux éditions Skol Vreizh, M.Yannick Lecerf, déclare dans un article du Télégramme : « On peut l’affirmer aujourd’hui, les Celtes n’ont jamais peuplé la Bretagne. Ils ont commercé et échangé avec la région et ses habitants de l’époque mais ne se sont pas installés. On n’a retrouvé aucun monument celtique en Bretagne. Ils ont purement et simplement contourné la région ».

Cette affirmation péremptoire complaisamment relayée par un organe de presse, est sans doute destinée à braquer le projecteur sur l’ouvrage d’un besogneux de la truelle et de la brosse à dents, fouilleur infatigable des reliefs de l’histoire humaine. L’archéologie permet assez peu de fantaisie et moins de lustre que l’historiographie.  Est-ce la raison  pour laquelle certains de ses acteurs, poussés parfois par une bouffée de frustration, viennent occuper ainsi le champ clos de la polémique ou de la provocation ? Sans doute comprendra-t on mieux le propos de M. Lecerf, en découvrant que pour lui, les Celtes sont cantonnés au monde antique et gambadent en compagnie de leurs contemporains: les Grecs et les Romains. Laissons alors Monsieur Lecerf peaufiner le scénario de son péplum.

Osismes, Vénètes, Namnètes, Redones et Coriosolites ne seraient plus des Celtes mais des néolithiques attardés.  M.Lecerf semble y voir le point de départ de notre identité bretonne, en somme un simple archaïsme, une épave du passé ! Le camp d’Artus à Huelgoat qui fut l’objet d’une des premières fouilles sur les murus gallicus, a du tomber du ciel par la soute d’un vaisseau extra-terrestre. Il est en effet situé en Finistère donc en Bretagne!

Les Celtes en Bretagne ? Un simple mythe et Monsieur Lecerf ajoute:

« Il est particulièrement entretenu, au point que l’on voit aujourd’hui se mettre en place des pratiques néodruidiques complètement construites puisque les communautés du Massif armoricain, de tradition orale, n’ont laissé aucun écrit ! Les Celtes ne sont jamais venus en Bretagne. Les recherches archéologiques démontrent que les Celtes sont venus d’Europe centrale et se sont partagés en deux groupes, l’un remontant vers l’Angleterre, l’Écosse et l’Irlande par la Belgique et la Normandie ; l’autre descendant vers la péninsule, ibérique par le centre de la France en évitant la Bretagne. »

Etrange cette charge contre le « néodruidisme » (comprenez la Gorsedd de Bretagne!)  phénomène qui se mettrait en place « aujourd’hui » ! Le constat est-il réalisé après examen au carbone 14, expliquant une marge d’erreur d’un bon siècle ? En effet la Gorsedd de Bretagne fut fondée en 1899 au Pays de Galles donc, au passage, dans une aire qui a le droit à l’onction celtique selon M. Lecerf. Les Gallois qui sont venus par la suite nous visiter avaient sans doute inventé un vêtement de cérémonie révolutionnaire et digne d’un roman de Tolkien : la saie qui rend invisible puisque les Celtes ne sont jamais venus en Bretagne !

Le breton est-il d’ailleurs une langue celtique ? Rien dans les recherches archéologiques, ni d’ailleurs dans le marc de café !

On pourra trouver nos propos peu respectueux du sérieux habituellement accordé aux chercheurs. C’est volontaire: qui bene amat, bene castigat!  car rien n’autorisent ces messieurs à proclamer des contre vérités et disons le tout net des âneries ! Il est aujourd’hui facile de se renseigner sur le druidisme contemporain et ses origines, fût-on archéologue !