L’indécence des ethnicistes nationaux républicains

La Gorsedd de Bretagne salue la victoire éclatante d’une volonté de changement aux Etats-Unis à travers l’élection de Barak Obama.

L’espoir, en effet, est immense pour tous ceux qui ont eu à subir des discriminations, des insultes, des humiliations par rapport à leurs origines ethniques ou sociales. Cet espoir incarne plus que le rêve américain, il renforce celui d’une véritable fraternité humaine. La campagne électorale aux Etats-Unis a connu une étrange ferveur pour le candidat démocrate en France, notamment dans les médias, à tel point qu’on a pu penser parfois que c’étaient les Français eux-mêmes qui prétendaient l’élire à la place des citoyens américains !

Cet état de fait est révélateur d’une forme de choix par procuration pour le triomphe de la diversité, du respect des cultures, de tous les groupes humains mais ailleurs, pas dans un pays où la classe politique quasi unanime s’offusque de voir siffler un hymne national qui, rappelons le, vilipende le « sang impur » de l’étranger ! La reconnaissance du métissage s’est limitée ici à la désignation (et non l’élection) de quelques personnalités alibis au gouvernement. C’est dans cette même classe politique qu’on trouve ceux qui se sont opposés à l’introduction de la reconnaissance des langues régionales dans la Constitution pour ne pas défriser l’ethnicisation du concept républicain introduite en 1992 par l’article 2 instituant le français comme « langue de la République ».

L’Académie française a cru bon récemment de se transformer en lobby ethnique en publiant sa conception étriquée et chauvine de la littérature et de l’usage d’une langue particulière. Rappelons une fois de plus à tous les ethnicistes nationaux républicains que l’Acte Constitutionnel de 1793 et la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen avaient été traduits par la Convention nationale dans les langues de France, dont le breton.

Les ethnicistes nationaux républicains, quand ils se réjouissent aujourd’hui de la victoire de Barak Obama aux Etats-Unis, illustrent l’adage de Blaise Pascal : «Vérité au deçà des Pyrénées, erreur au delà». Une forme d’indécence et d’oubli de ce qu’ils sont !