Vénérables délégués de Galles, de Cornouailles ; confrères et consoeurs, chers amis

Je souhaite la bienvenue à tous ici où nous célébrons notre Gorsedd Digor qui est placé cette année sous le patronage de Jean Le Fustec, Lemenik de son nom de Grand Druide.

Il y a cent ans qu’il est décédé. Il fut le premier Grand Druide de Bretagne. Il a fait accomplir à notre Gorsedd ses premiers pas sous le Soleil, Oeil de Lumière.

Lemenik vénérait beaucoup le Barddas, les écrits de Iolo Morganwg, fondateur de la Gorsedd en Grande Bretagne. Il croyait que les idées qui s’y exprimaient, venaient du temps des anciens Celtes.

C’était un homme inspiré par la théorie des trois cercles de l’existence. Pour lui le monde entier, l’univers étaient plongés dans une mer d’esprit qui en constituait la matière principale. Il suivait donc les traces de gens comme John Toland à la recherche d’une philosophie qu’on a appelée le panthéisme.

C’est ainsi qu’a été ouverte par notre premier Grand Druide une route qui mène à la réflexion, à la recherche et à la spiritualité.

Nous sommes toujours sur cette route sans oublier tout ce qui alimente notre esprit et notre recherche sur le plan de notre culture. Ce sont les Druides actuels qui ont apporté à notre peuple son chant et son drapeau, c’est-à-dire des symboles visibles de sa nationalité.

Continuons d’avancer, mes amis, car nous sommes bien loin du bout de la route avec la dangereuse réforme que présente ces temps-ci le Gouvernement.

Sous prétexte de faire des économies et de gagner en efficacité, nos dirigeants ont décidé de changer le mode d’élection des conseillers généraux et régionaux.

Etait-ce la chose la plus importante à faire alors que l’Etat omet de dire clairement et distinctement tout d’abord comment seront augmentées les compétences et les pouvoirs des régions ?

En Espagne, en Grande Bretagne, en Allemagne, dans tous les grands pays démocratiques d’Europe pratiquement, on a donné plus de poids aux régions. Le budget de la région croupion de Bretagne c’est 1,1 milliard d’euro contre 32 milliards en Ecosse !

Au lieu de donner aux régions plus de maîtrise budgétaire, l’Etat a décidé de supprimer la taxe professionnelle qui assurait le financement des collectivités locales ! L’Etat comme sous l’Ancien Régime décide de ce que son bon plaisir octroiera à ses sujets !

Pire encore, l’Etat entendait enlever la « compétence générale », c’est-à-dire la capacité qu’a la Région d’intervenir sur plusieurs champs en matière politique. Par chance le Sénat vient de la rétablir, mais qu’en sera-t-il en fin de compte, personne n’en sait rien pour l’instant !

La nouvelle loi offre en outre aux métropoles la possibilité de concurrencer les régions en tout. Parions que la vieille rivalité entre Rennes et Nantes pourrait s’en trouver ravivée et que cela occasionnera des embrouilles. Diviser pour régner ! Finie la décentralisation, la recentralisation commence !

Il est question également de changer le mode d’élection des conseillers régionaux et généraux qui deviendront des conseillers territoriaux élus dans les cantons. Leur nombre sera arrêté par l’Etat sans tenir compte du nombre d’électeurs qu’ils représenteront ! Le fait du Prince une fois de plus !

Aux dernière élections régionales, les listes du gouvernement n’ont pas rencontré un franc succès, voudrait-il alors s’en venger sur les régions ?

La région ne serait-elle rien d’autre qu’un fatras de cantons appariés comme chevaux et cochons dans la même étable à nourrir les mêmes poux ? Faut-il couler la ville d’Ys pour que flotte Paris ?

Le nombre des conseillers sera divisé par deux et il n’y aura aucune élection à la proportionnelle. Plusieurs associations de défense du droit des femmes ont souligné un fait : la proportion des femmes est dès lors menacée de diminuer et il est possible qu’il n’en reste que 17% contre 48 actuellement.

L’Etat français est pourtant à la soixante-cinquième place dans le monde et à la dix-neuvième en Europe pour le nombre de femmes siégeant dans les assemblées législatives.

La France est donc la patrie des droits des mâles mais quand sera-t-elle celle de la parité ? Mais ce genre de choses ne ferait-il pas finalement partie de son identité nationale ?

Il est temps que la Région parle à voix haute ici mais aussi à l’étranger. Elargir le champ d’action politique de la région est une nécessité et un espoir pour l’avenir.

Une vice-présidente aux langues de Bretagne a été nommée. C’est une bonne chose. Nous souhaitons qu’elle ait réellement les moyens de mener sa mission. Nous lui souhaitons bonne chance dans son travail !

Le Président du Conseil Régional est le premier des Bretons, puisqu’il est issu du suffrage universel. Ses paroles ont donc du poids. Nous espérons donc qu’il s’exprimera avec audace et contre Paris s’il le faut !

Vive la Bretagne, vive le peuple breton, vivent nos Gorsedd !