Vénérables délégués du pays de Galles, de Cornouailles, chers confrères chères consoeurs

Cent dix ans se sont écoulés depuis que les Bretons ont été reçus à Cardiff par Hwfa Môn, archidruide de Galles. Quand je dis reçus, j’entends reçus comme des frères, comme des membres de la Gorsedd de Galles à l’époque avant de devenir membres de la Gorsedd de Bretagne quand les Bretons décidèrent de fonder une Gorsedd de ce côté de la mer sur le modèle gallois.

Ils marchaient sur les traces de la Villemarqué à Abergafenny en 1838, ils voulaient rassembler les Bretons de chaque côté de la mer, réunir les fragments du glaive séparés par les vicissitudes de l’Histoire.

Que de chemin parcouru depuis par nos Gorsedd ! L’année dernière a été célébré le quatre-vingtième anniversaire de la Gorsedd de Cornouailles. Le rite symbolique de l’Union du Glaive va devenir maintenant un rite central au sein de nos Gorsedd puisqu’il va être fait pour la première fois en Cornouailles en septembre prochain.

Nous remercions les Gallois et Hwfa Môn, « Prince des archidruides du passé, du présent et de l’avenir » comme l’appelait Charles Le Goffic. Merci pour votre reconnaissance : « Diolch i chi, Brodyr o Gymru am eich nawddogaeth » Mür ras dheugh-why, Breder Kernow, rak agas fydhians »

Nous célébrons également cette année le bicentenaire de la mort de Thomas Paine, ami de Iolo Morganwg, génial fondateur et créateur de la Gorsedd. Thomas Paine était né à Thetford en Angleterre en 1737. Il se rendit en Amérique où il prit parti pour l’indépendance et la liberté de ce pays qu’il nomma pour la première fois « les Etats-Unis d’Amérique ». Son pamphlet « Common Sense » publié quelques mois avant la Déclaration d’Indépendance rencontra un immense succès et influença profondément George Washington et John Adams.

Revenu en Angleterre, Thomas Paine salua la Révolution en France. Il écrivit « The Rights of Man » (les Droits de l’Homme) en 1792. Pour lui ces droits s’appliquaient également sans réserve aux femmes. Il fut proclamé citoyen français, élu député mais refusa de voter la mort du Roi. Il fut alors jeté en prison sous la Terreur à cause de ses origines anglaises et de ses sympathies envers les Girondins.

Dans son livre « The Age of Reason » (l’âge de la Raison) il critiqua l’attitude la religion chrétienne et les images atroces véhiculées par la Bible qui n’incitaient nullement à faire régner l’amour entre les hommes. Il se montrait tolérant toutefois envers les croyances des gens. Il prônait également une diminution des armées permanentes de 90% pour permettre au monde de vivre en paix. Il demanda l’abolition de l’esclavage, déplaisant par là aux grands propriétaires. Il fut donc rejeté par les Conservateurs effrayés par ses idées. Il fut par la suite complètement oublié. C’est le grand savant Thomas Edison qui le sortit de l’oubli. Tout d’abord parce que Paine était un inventeur de génie qui avait inventé la bougie brûlant sans fumée et le pont suspendu.

Mais Thomas Edison le reconnut également comme le plus grand penseur politique des Etats-Unis.

Barack Obama a cité des propos de Paine dans son discours d’investiture. Puisse alors cet homme de bien être rappelé au souvenir de tous !

Dans un petit ouvrage paru trois ans après sa mort, Thomas Paine a traité « de l’Origine de la Franc-maçonnerie » qu’il attribue au Druidisme, religion du Soleil et du temps sans limites. Il est évident que Paine pouvait parler du druidisme en toute connaissance de cause, puisqu’il était l’ami de Iolo Morganwg, fondateur des Gorsedd.

Les Français racontent volontiers qu’ils ont créé toutes choses avant les autres peuples. Depuis leur Révolution, qui survint treize ans après celle des Etats-Unis, ils veulent donner des leçons au monde entier en matière de Droits de l’Homme.

Leur croyances républicaines seraient paraît-il « universelles » comme leur langue ! Amusant quand ils ont jeté des gens comme Paine en prison ! Quand ils ont pourchassé les Girondins qui saluaient la révolution en Bretagne en portant des couronnes de feuilles de chêne en souvenir des anciens Druides !!!

Iolo Morganwg avait également pris partie en faveur des idées révolutionnaires. Il pensait qu’elles pouvaient faire avancer l’humanité.

Jamais les idées républicaines françaises n’ont été universelles à leur début ! L’esclavage n’a pas été aboli avant 1848 ! Le droit de vote n’a pas été accordé aux femmes avant 1944 !

Et il y a encore des troupeaux de gourous républicains qui continuent de prêcher l’esprit universel aux petits peuples de l’Hexagone en laissant les femmes au porche de leurs temples !!!

Confrères et Consoeurs nous n’avons aucune leçon à recevoir de ces gens-là ! Nous n’avons aucune leçon à avoir de ceux qui balancent des Noirs sur un strapontin de secrétaire d’Etat comme un simple alibi de leur ouverture d’esprit ! Une aumône, rien de plus ! Vestiges répugnants du colonialisme !

Comme aux Etats-Unis cette année, nous avons, nous en Bretagne, il y a quelques années, élu un homme noir. Pas parce qu’il était noir mais parce qu’il était compétent !

Gardons le cap sur le chemin qui nous mène à retrouver tous les peuples du monde, grands ou petits !

La Révolution n’est pas finie tant qu’un individu prétend se placer au dessus des autres par sa couleur ou sa langue !