DSCF0999Penri Roberts, Délégué du Pays de Galles, Morgan, Maureen Fuller, Grand Barde de Cornouailles

 

Nous célébrons cette année le 70ème anniversaire de la Libération de la Bretagne du joug du nazisme. Je voudrais remercier la Gorsedd de Galles pour son aide aux prisonniers bretons après la guerre. La Gorsedd de Galles n’ignorait pas que Taldir et d’autres avaient été emprisonnés à tort et elle intervint auprès des parlementaires gallois, de l’ambassade de France et du Ministère de la Justice en France. Sous la conduite du Conseil de l’Eisteddfod et de l’Archidruide Crwys (le révérend William Williams), une délégation de 8 membres put visiter les Bretons en prison. Dans son rapport qui fit l’effet « d’une pierre dans une mare de grenouilles » selon les termes de Taldir, la délégation exprima l’opinion que certains Bretons avaient été accusés à tort et devaient bénéficier d’une amnistie. La Gorsedd de Bretagne devait également être relancée. Nous savons en outre que la ville de Cardiff offrit une ambulance chirurgicale à l’hôpital de Saint Nazaire, ville qui avait beaucoup souffert du conflit. Merci de tout cœur au à la Gorsedd at au Peuple Gallois ! Diolch yn fawr i’r Orsedd ac i bobl Cymru !

Je dis également merci à la Gorsedd de Cornouailles pour l’accueil chaleureux des exilés bretons de la France Libre en Grande Bretagne. Sous l’égide de l’Association « The Friends of Brittany » (Amis de la Bretagne) fondée par la Gorsedd de Cornouailles et dont le président était M. George Hunter Doble, Gwas Gwendron de son nom bardique, une aide matérielle et morale fut apportée aux veuves et orphelins de guerre bretons. La Fraternité entre nos deux pays fut magnifiquement célébrée le 5 septembre 1942 à Penzance par le Breton Cornish Committee présidé par M. Scobel-Armstrong. Nous saluons également l’immense travail de George Hunter Doble pour la langue et la culture corniques et son indéfectible amitié pour la Bretagne et ses habitants. Nos plus profonds remerciements au nom du Peuple Breton à la Gorsedd et au Peuple de Cornouailles. Meur ras dhe’n bobel ha dhe’n Orsedh Kernow !

Je tiens à saluer également avec respect et émotion les membres de la Gorsedd de Bretagne qui combattirent pour la Liberté et la Démocratie au sein de la Résistance ou de la France Libre et je m’incline tout particulièrement devant ceux qui donnèrent leur vie :
François Stéphan, Alc’hweder Kreisker, fusillé à Brest le 6 juillet 1944, Adrien Delavigne, mort en déportation le 19 janvier 1945 au camp de Mauthausen, Pierre Ropert, déporté à Dora puis à Bergen-Belsen et brûlé vif dans une grange par les SS à Gardelegen, Louis Aubert, mort au camp de Neuengamme en mai 1945, Louis Le Dall, Rouzig ar Menhir, receveur honoraire des Douanes, banni de Landerneau et assigné à résidence surveillée à Rostrenen par le gouvernement de Vichy en raison de ses sympathies pour la Grande Bretagne. Il y mourut de détresse le 2 février 1944.

Discours du Grand Barde de Cornouailles
traduction française

Je suis très heureuse d’être ici aujourd’hui dans le Cercle des Bardes de Bretagne et avec nos amis celtes de Galles. J’apporte les meilleures salutations des Bardes de Cornouailles à ceux de Bretagne et de Galles.
Nous sommes satisfaits que vous marquiez l’anniversaire de la Libération de la Bretagne en 1944. Pendant toute la durée de la seconde guerre mondiale, des hommes et des femmes de Bretagne vinrent en Cornouailles, débarquant à Newlyn, avec le petit bateau de Jean Louis Le Bretton, membre de la Résistance française. Il fut d’ailleurs décoré après la guerre pour son oeuvre.
Un autre Breton fit la pêche de Newquay pendant toute la guerre. Et après avoir entendu l’appel du Général De Gaulle à Londres, de nombreux Bretons décidèrent de le rejoindre, et en tant que pêcheurs ils vinrent à bord de leurs bateaux à Newlyn et à Falmouth. Nous sommes heureux que les Bretons aient voulu venir en Cornouailles et nous les avons aidés.
Venons en maintenant à l’actualité. Le 24 avril, le gouvernement anglais a annoncé que la Cornouailles devait être reconnue comme nation. Le Peuple de Cornouailles en a été très heureux mais nous savons parfaitemebt que la Cornouailles a toujours été une nation. C’était le simple constat d’une évidence.
Dans le même temps nous sommes très tristes que la Bretagne ne soit pas reconnue comme nation également, surtout que les Bretons étaient là avant les Francs!C’est effroyable! Il ya des pétitions qui circulent à l’adresse du gouvernement français, demandant que la Bretagne soit reconnue comme nation ainsi que sa langue soit également reconnue.
J’ai recommandé aux Bardes de Cornouailles de signer la pétition. pour montrer que nous sommes tous ensemble dans cette demande, que nous sommes à vos côtés sur ce sujet. Même les Bardes d’Australie ainsi que les gens dans leurs associations ont signé la pétition.
Je vous souhaite bonne chance dans ce combat!
Vive la Bretagne ! Vive la Cornouailles! Jusqu’à ce que nous nous retrouvions!